06 février 2007

L'homme blanc voit dans le mode de vie des colonisés de possibles débouchés économiques

Affiche publicitaire de compagnie générale transatlantique

Michelin

Sous la colonisation, conquérir un territoire est fait pour permettre la création de nouvelles débouchées économiques pour écouler les marchandises du continent européen et pour également exploiter les matières premières de ces pays qui non développés ne les exploitent pas.

Dans le cadre De cette affiche publicitaire de la Cie Gle TRANSATLANTIQUE, la campagne publicitaire s’adresse aux colons qui désireraient voyager dans les colonies française par voies routières. Cette affiche vante le fonctionnement des AUTO-CIRCUITS NORD-AFRICAINS présents dans les pays comme le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Ces voyages s’effectueraient dans des automobiles de luxe Renault roulant avec des pneus michelin. Cette affiche de Roger Broders met en scène dans un décor naturel composé de palmiers une automobile Renault pleine d’hommes blancs et au premier plan à droite un bibendum gris et vêtu avec une cape et une coiffe traditionnelle des pays du Maghreb pour se protéger du climat de plus il porte des babouches aux pieds : chaussures légères d’Afrique du Nord. Sa couleur grise est pour le moins singulière car sa couleur d’origine est le blanc immaculé. Sa couleur est modifiée pour rappeler celle des colonisés d’Afrique du Nord. Cette affiche est composée de deux parties : la première sur laquelle évolue l’auto et le bibendum devant des palmiers. La seconde partie : la partie supérieure nous montre une carte des différentes étapes du trajet NORD-AFRICAIN avec quelques noms de grandes villes comme Oran, Alger, Casablanca.

          Les marques Renault et Michelin voient dans les colonies le moyen de faire valoir leur savoir faire dans le domaine de l’automobile.



Foire exposition d'Alger en avril 1991

Foire

L’aspect économique des colonies se traduit également par la mise en place de foire –exposition comme celle d’Alger en avril 1921. Celle-ci est organisée par la confédération générale des agriculteurs d’Algérie. Cette foire présente les progrès agricoles comme le prouve la présence d’une machine agricole, l’abondance de victuailles et de richesses est marquée par la corbeille de fruits que tient un homme en bas à droite de l’affiche et par les poteries et les drapés présents sur le dos de l’âne et sur celui du chameau présent derrière la machine agricole. La présence de l’âne et du chameau marque le fait que le progrès respecte la culture traditionnelle des pays colonisés. Cette foire permet de mettre en avant les progrès qu’ils soient économiques ou techniques mais également le moyen de proposer aux visiteurs toutes sortes d’activités comme un salon des beaux-arts, des concours hippiques, des batailles de fleurs. Mais l’exposition à lieu dans un endroit à l’architecture ancienne comme le montre le centre d’expositions visible en arrière-plan. L’aspect économique est fortement représenté dans cette affiche : ce qui montre la volonté qu’ont les colons de faire valoir leurs terres.


 
Almanach du petit colon algérien

Le_petit_colon

 

L’almanach du Petit Colon algérien nous présente une vision idyllique de la colonisation avec la présence du croissant symbole des pays arabes chevauchant le drapeau tricolore français. Cette édition de 1893 ne devrait pas rentrer dans notre période mais les aspects économiques sont mis en valeur de manière si évidente que nous n’avons pas résisté à l’envie de l’inclure dans notre sujet.

Cette vision paradisiaque de la colonisation en Algérie, qui est une colonie française considérée comme un département et donc bénéficie d’un statut particulier ; met en avant les aspects économiques fructueux du marché franco-algérien. Ceux-ci sont démontrés par la présence d’une gerbe de blé importante, d’une vigne entretenue et fertile, d’un tonneau et en arrière plan un troupeau de brebis qui semblent en bonne santé et bien nourries. Cet almanach mêle à la fois la situation économique en hausse et le coté paradisiaque de l’Algérie : l’image est séparée en deux parties. En haut un décor de rêve et une vue paradisiaque de la cote méditerranéenne et dans la partie inférieure tous les aspects économiques sont mis en valeur comme pour donner envie à l’acheteur de cet almanach d’y être.



Affiche publicitaire Banania

banania_735546

Cette affiche célébrissime pour la marque de chocolat Banania met en scène un tirailleur sénégalais durant la première guerre mondiale. Celui-ci est assis sur une caisse à proximité d’un arbre avec sur celle-ci les inscription : « Aliments délicieux pour les estomacs délicats ». Le soldat en question porte dans sa main gauche une gamelle et tient dans la droite une petite cuillère ce qui marque une certaine incitation à manger. Il apparaît souriant voire heureux avec le slogan présent dans le bas gauche de l’affiche : « Y’a bon ». Cette phrase fait office de cliché en mettant en avant l’accent dit « bon ptit nègre » des peuples africains avec la français imposé via la colonisation. Le soldat est vêtu de l’uniforme des tirailleurs sénégalais c'est-à-dire avec une certaine marque de traditionalisme sauf pour les chaussures empruntes de l’armée française.

L’aspect économique de la colonisation est mis en avant par le biais de cette affiche Banania vantant un aliment délicieux qu’est le chocolat. De plus cet aliment n’est pas cultivé sur le sol européen. Ce produit est réservé uniquement aux colonies où il est un aliment courant. Donc l’aliment en question a un double intérêt : celui du produit exotique car les produits issus des colonies sont à l’époque très prisés et très en vogue chez les européens avec le fait d’ancrer dans les mémoires l’image du nègre ou du colonisé mais surtout celui de faire vendre un produit découvert en partie grâce aux colonies qui est exploité par des noirs sous la tutelle des blancs qui le vendent et en gardent tout le bénéfice sans le partager avec la main d’œuvre noire qui est parfois maltraitée et considérée comme du bétail.

Cette affiche est sans nul doute une des affiches les plus répandues aujourd’hui encore ; car elle est encore employée par la firme Banania pour la vente de son chocolat.

Posté par hubertpoirot à 22:53 - - Permalien [#]